PROJET DE LOI RELATIF A L'IMMIGRATION ET A L'INTEGRATION

  • Roland CHASSAIN
  • Politique
· Une nouvelle loi s’imposait
 
 Elle s’inscrit dans la continuité de la loi du 26 novembre 2003 qui a notamment permis de doubler en trois ans le nombre de mesures d’éloignement effectivement exécutées : 20 000 en 2004.
 
 Toutes les grandes démocraties occidentales sont en train d’adapter leur législation pour faire face à la nouvelle immigration de masse.
 
 L’élaboration de ce projet n’a été rendu possible que parce qu’il existe aujourd’hui un grand ministère en charge de la politique de l’immigration, ce qui n’était pas le cas auparavant puisque la question était traitée à la fois à la Cohésion sociale, à l’Intérieur et aux Affaires étrangères.
 
 
· Il s’agit d’une loi de bon sens
 
 L’idée générale est de passer d’une logique d’immigration subie à celle d’une immigration choisie, forcément mieux acceptée par les Français. Cela relève du bon sens : un pays doit adapter sa politique d'immigration à ses capacités d'accueil qui sont, par nature, limitées.
 
 
· C’est un texte équilibré, à la fois ferme et juste qui poursuit deux objectifs : une immigration choisie et une intégration réussie
 
 Une immigration choisie, parce qu’on :
 
-         fixe chaque année des objectifs quantitatifs prévisionnels ;
-         favorise l’entrée sur le territoire de travailleurs immigrés qualifiés ;
-         encadre et maîtrise mieux les conditions de l’immigration familiale ;
-         supprime la régularisation quasi automatique des clandestins au bout de 10 ans.
 
 Une intégration réussie, parce qu’on :
 
-         affiche clairement une préférence pour les immigrés qui travaillent ;
-         réserve une priorité aux immigrés qui cherchent à s’intégrer (maîtrise de la langue française, respect des valeurs de la République) ;
-         favorise le co-développement.
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog