Salin Commune, réactions aux propos d’Hervé SCHIAVETTI

  • Roland CHASSAIN
  • Politique

Voici ce que l’on peut lire sur le Bloc Note d’Hervé SCHIAVETTI, Maire d’Arles :

20 novembre 2007
Vos commentaires et les réponses

Voici les commentaires postés sur ce blog ces derniers semaines et les réponses d'Hervé Schiavetti:
"Notre espace territorial ne sera "ni plus fort, ni plus ample". Il semble que l'on se dirige rapidement vers la création d'une nouvelle commune en France : Salin-de-Giraud. Les vélléités d'indépendance de certains saliniers remontent au début du siècle dernier (1904). Depuis un an, l'évolution s'est accélérée favorablement pour la création de la commune de SALIN. Reprocher, comme le font certains, à l'élu des SAINTES-MARIES d'avoir joué perso et de profiter de ses relations au sein du Gouvernement pour faire avancer ce dossier, n'est pas très sérieux. Tout le monde l'aurait fait à sa place. C'est humain. Quel est l'individu, qui dans sa vie, n'a jamais fait jouer ses relations pour obtenir quelquechose? Par contre, qu'un Gouvernement, qui se veut au-dessus des partis et qui a en charge l'avenir et le bien-être des ses concitoyens, prenne une décision qui va changer la vie de milliers de citoyens en faveur des intérêts d'une seule personne, c'est choquant! Est surprenante également, l'idée de créer une commune supplémentaire alors que la politique nationale est au regroupement de communes (création de l'intercommunalité en 2003).

Ce commentaire a été posté par AL

Réponse d'Hervé Schiavetti:

La question de la création d'une commune à Salin-de-Giraud arrive à nouveau dans le débat politique. L'UMP locale a besoin de ce découpage pour appuyer le redécoupage du canton de Roland Chassain. Certaisn membres de l'UMP souhaitent que le Conseil municipal d'Arles soit dissous pour affaiblir l'équipe sortante et le maire d'Arles. Tout cela n'a pas d'importance. Et c'est bien loin des intérêts de la Camargue et du village de Salin-de-Giraud. Ils doivent être protégés, valorisés, son environnement comme ses pratiques populaires grâce à une gestion cohérente et partagée. Seul un outil technique fort peut aujourd'hui porter la complexité de cette gestion et faire face aux dépenses publiques que la faiblesse fiscale du village ne permettrait pas de supporter aujourd'hui. L'enjeu est aussi ce que représente la Camargue en France, en Europe et dans le monde. L'affaiblissement de la 3ème ville des Bouches-du-Rhône, personne n'y a vraiment intérêt. Le territoire s'est constitué dans un équilibre environnemental depuis la décision du ministre gaulliste Olivier Guichard. Notre chance collective, c'est la Camargue et l'intégrité du territoire. Il ne faut surtout pas l'affaiblir, la diviser. Tout le reste a beaucoup moins d'importance. Il ne faut pas que le gouvernement et l'Etat prennent une décison attentatoire à ce consensus qui a sauvé le Parc et ses acteurs.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Je réagis donc à ces propos publiés le 20 novembre sur son bloc note.

Hervé SCHIAVETTI pratique la censure des commentaires sur son site, aussi je réagis par l’intermédiaire de mon blog. J’aurais souhaité pourtant pouvoir m’exprimer directement sur le site du Maire d’Arles mais il semble que ce défenseur de la liberté d’expression apprécie les basses vertus de la censure.

Selon Hervé SCHIAVETTI « la question de la création d’une commune à Salin-de-Giraud arrive à nouveau dans le débat politique ». Il faut lui rappeler que cette question est au cœur de la politique arlésienne depuis 1904, soit depuis plus d’un siècle, il faut croire que nous n’avons pas la même notion du terme « nouveau ».

Dans son article le Maire d’Arles prétend que cette scission est motivée par une volonté de redécoupage de la carte cantonale. Il faut lui rappeler que la France compte environ 700 cantons de moins de 2.500 habitants et que le canton des Saintes Maries de la Mer est le plus grand avec 37.000 hectares.

Il n’y a aucun intérêt à découper ce canton politiquement stable. Il s’agit seulement de la consécration du choix des Saliniers démocratiquement exprimé.

La scission du Hameau de Salin de Giraud d’avec Arles n’a pas été réalisée à l’échéance initialement prévue, c'est-à-dire il y a un an. Cela pour ne pas provoquer d’élections anticipées et ne pas pénaliser le Conseil municipal en place.

L’érection de la Commune de Salin de Giraud est programmée au contraire seulement trois mois avant les échéances de mars 2008 pour ne pas perturber plus que nécessaire la municipalité en place.

L’analyse faite par le maire d’Arles est une analyse de pouvoir, car les vraies motivations de son refus de l’autonomie du Hameau de Salin de Giraud sont purement politiciennes.

En effet, il n’est guère préoccupé par l’avenir des Saliniers. Ce qui le motive est sa propre réélection. Il souhaite se présenter au suffrage en qualité de maire et non en simple candidat.

La dissolution du Conseil municipal le priverait de cette possibilité et cela il le redoute.

Le Maire d’Arles allègue d’un prétendu affaiblissement de la Commune d’Arles. Une fois encore il use du mensonge pour parvenir à ses fins.

En effet, répondant au souhait du Gouvernement, la future Commune de Salin de Giraud intégrera dès sa création l’Intercommunalité Arles Crau Camargue Montagnette, le Syndicat Mixte du Pays d’Arles, le Parc Naturel Régional de Camargue, la Chambre de Commerce et d’Industrie du Pays d’Arles et le Symadrem.

Il n’y aura pas d’affaiblissement de la Commune d’Arles, compte tenu du fait que les ressources fiscales seront partagées dans le cadre de l’Intercommunalité.

Au contraire même, Hervé SCHIAVETTI qui n’a de cesse de se plaindre de l’étendue de son territoire, trouvera là une possibilité d’allégement des charges de fonctionnement de sa Commune.

La seule différence réside dans le fait que les Saliniers, pour la première fois de leur Histoire, seront enfin maîtres de leur destinée. Ils ne seront plus les laissés pour compte ou parents pauvres de la municipalité arlésienne.

C’est parce que les Saliniers ont été abandonnés par les municipalités de VAUZELLE, TOESCHI et SCHIAVETTI qu’ils ont exprimé vertement leur volonté d’autonomie. Si ces municipalités avaient eu une politique équitable et cohérente, les Saliniers auraient-ils demandé leur indépendance ?

Je souhaite enfin dénoncer le double langage d’Hervé SCHIAVETTI. Ce dernier prétend que les Saliniers une fois autonomes détruiront les équilibres environnementaux qui constituent la Camargue.

Je lui rappelle que la future Commune de Salin de Giraud sera intégrée au Parc Naturel Régional de Camargue et qu’à ce titre elle sera soumise aux prescriptions urbanistiques qui s’imposent dans un espace protégé. De même, la loi littoral et la loi sur l’eau s’appliqueront demain à Salin de Giraud comme elles s’appliquent déjà aujourd’hui.

Hervé SCHIAVETTI manie le double langage car derrière cette dénonciation qui ne repose sur rien, il a délivré le permis de construire d’un projet plein de béton de 106 villas en bordure du Canal du Cardinal à Salin de Giraud.

C’est bien lui qui tient la truelle bétonneuse et personne d’autre.

Enfin, je rappelle à ces chantres de la démocratie participative, à ces moralisateurs que l’expression de la démocratie a eu lieu par les urnes.

Michel VAUZELLE avait d’ailleurs déclaré dans La Provence, qu’il respecterait le choix des urnes et qu’il ne ferait pas obstacle à la décision des Saliniers.

Je dénonce aujourd’hui les pressions exercées par Hervé SCHIAVETTI et Michel VAUZELLE pour empêcher la création de la Commune de Salin de Giraud.

Par ces comportements intolérants ils attaquent la Démocratie et méprisent les Saliniers. De tels comportements sont proprement abjects et indignes d’hommes politiques.

Depuis 1904 les Saliniers souhaitent administrer leur territoire, il ne s’agit pas de politique mais de liberté.

« C'est l'idée du despotisme qui nous donne l'idée de la démocratie ».
André Glucksmann

Michel 26/11/2007 13:42

Courage mr chassaing
Vous avez perdu aux législatives alors que vous aviez un boulevard
et vous continuez ds ce sens
Nous on prefere Berthomieu!
Flandin n'a cas reste en languedoc!

Roland CHASSAIN 29/11/2007 15:26

Cher Monsieur,
Le courage je n’en manque pas depuis que je me suis investi dans cette circonscription ancrée à gauche.S’agissant des élections législatives, j’ai perdu mais je ne regrette rien car j’ai mené une campagne honorable et digne face à un adversaire qui n’a pas eu les mêmes préoccupations que moi.Concernant votre choix politique, il ne regarde et n’engage que vous.Me concernant je suis le Président du Comité de circonscription de l’UMP. La Commission d’Investiture a désigné les candidats pour les villes de plus de 30.000 habitants, je respecte ce choix et je soutiens les candidats investis par l’UMP.Bien à vous,

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog