De Roland CHASSAIN à François FILLON

COMMUNIQUE-17-SEPTEMBRE.jpg

Il y a un peu plus d’un an, Roland CHASSAIN faisait la une des médias en France.

 

Un candidat UMP aux élections législatives qui, au soir du premier tour, en situation de triangulaire, se désistait pour ne pas fausser le choix des électeurs entre deux candidats (PS/Front de Gauche et FN) pour le second tour… un scandale !!

 

Etait-ce une erreur ?? NON !

 

Se maintenir et appeler les électeurs UMP à voter pour le candidat Michel VAUZELLE, baron du système socialiste, parti embourbé dans les affaires politico-juridique dans notre département et à la région? JAMAIS !

 

Dénoncer le parcours politique de Michel VAUZELLE et appeler seulement les électeurs à voter en leur âme et conscience, sans aucune consigne de vote, ont été interprété par les médias comme un désistement au profit de la candidate FN.

 

De nombreux ténors politiques nationaux ont exigé que Roland CHASSAIN soit exclu de l’UMP, parmi lesquels François FILLON, Alain JUPÉ, François BAROIN et Luc CHATEL.

 

D’autres, par contre, ont pris le temps de comprendre la position de Roland CHASSAIN en lisant attentivement ses communiqués.

 

Aujourd’hui l’ancien Premier Ministre, François FILLON revient sur sa position.

 

Finalement, en cas de duel PS/FN, « il faut voter pour le moins sectaire ».

 

Dans cette nouvelle tempête médiatique, les militants sont une nouvelle fois désespérés par cette guerre subtile entre Jean-François COPÉ qui défend le « ni FN - ni front républicain » et François FILLON qui défend le « vote pour le moins sectaire ».

 

Quant à Jean-Louis BORLOO, président de l’UDI, il a annoncé « l’UMP est morte cette semaine ».

 

Il ne perd pas une occasion de critiquer publiquement, devant les caméras, tout accord politique avec le FN, alors qu’en coulisses, il ne s’est pas privé de vouloir négocier lorsqu’il fallait gagner une élection, comme il l’a fait par exemple dans le Nord (voir l’article du journal L’Express du 28/07/2011).

 

Cette lutte idéologique de clochers, les français s’en fichent complètement : ils sont préoccupés par leur situation difficile et par le fait qu’ils n’ont plus aucune confiance dans le Président HOLLANDE et son Gouvernement.

 

Pour les élections municipales il n’y aura pas de sectarisme. Les électeurs choisiront, aux premier et second tours, les candidats qui leur paraissent avoir les qualités d’honnêteté, de rigueur et d’efficacité pour bien gérer leur commune.

 

Concernant les appels aux votes, les partis politiques ne sont pas propriétaires des voix des électeurs, ni même des voix de leurs militants. Il serait temps que nos dirigeants s’en rendent compte.

 

En attendant, il est rassurant de voir que certains ténors de l’UMP peuvent évoluer sur certaines questions… même si c’est tardivement et sans aucun rapport avec les préoccupations de nos concitoyens.

 


Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog