Roland CHASSAIN et les élus du 13 avec Nicolas SARKOZY

  • Roland CHASSAIN

 

Le Président Nicolas SARKOZY a reçu le bureau politique de la Fédération UMP des Bouches du Rhône durant 1h.

a

Il nous a fait part de son sentiment sur la situation préoccupante de la France, dressé le bilan sévère de la présidence Hollande depuis 2 ans, de l'inertie du Gouvernement.

a

Il nous a présenté son projet de rénover l'UMP, adapter son organisation interne aux attentes des adhérents et militants, rendre le mouvement davantage crédible à l'égard de l'ensemble des français.

20141028_170355.jpg 


Par la suite Ludovic PERNEY et Jean-Claude GAUDIN, Sénateur Maire de Marseille, se sont adressés, dans la Salle Vallier, à près de 3000 sympathisants enthousiastes, pour leur annoncer leur soutien à la candidature de Nicolas SARKOZY à la présidence de l'UMP.

 

 20141028_175538-copie-1.jpg 20141028_180115.jpg 20141028_180459.jpg

 


 

Lors de son discours, Nicolas SARKOZY a appelé l'ensemble des candidats à la présidence de l'UMP de s'associer au travail de reconstruction de l'UMP, en travaillant ensemble dans l'unité et a appelé les militants à le soutenir: «J'ai besoin de vous!».

Au terme de son discours, le Président a répondu aux questions de la salle, en disant son sentiment tout en indiquant que ces sujets devront être tranchés par les militants pour élaborer le projet de 2017:

entre autres:

  • sur l'immigration: «personne ne peut accepter que la France devienne le réceptacle de la misère du monde», qu'il fallait «faire un choix entre l'intégration ou la poursuite d'une immigration qui déborde dans tous les sens et n'est plus sous contrôle» et qu'il faudrait «supprimer l'aide médicale d'urgence». «Si, dans un pays, celui qui n'a pas de papiers a les mêmes droits que celui qui a des papiers, pourquoi avoir des papiers?».

 

  • sur l'identité, s'il a reconnu une maladresse lors du débat qu'il avait lancé à Grenoble, il a estimé qu'au fond il avait eu raison de l'ouvrir, car «si on n'a pas d'identité alors on n'a rien à partager».

 

  • sur les déficits, il a préconisé une limitation à 50 % des dépenses publiques dans la richesse nationale.

 

  • Sur la politique pénale , critiquant Christiane Taubira et «le laxisme érigé en politique pénale», il a promis le rétablissement des peines planchers et l'élargissement des jurés populaires. 
20141028_181344.jpg20141028_193125.jpg

Convaiquant, avec toujours autant de charisme et d'aplomb, Nicolas a fait preuve d'une réelle connaissance des dossiers, du pays, et des attentes des participants.
Posément, et avec plus de maturité il a su convaincre les 3000 participants enthousiasmés et remplis d'espoir.

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog